Rechercher

Les crevasses sont des lésions cutanées situées au pli du paturon des chevaux ou poneys.

Ces affections sont plutôt communes et a priori sans gravité, il faut cependant les soigner avec attention pour s'en débarrasser.

Quelle est l'origine des crevasses chez le cheval ?


Les crevasses apparaissent généralement en hiver, par temps humide et froid. Comme chez nous, la peau de nos chevaux devient plus sensible et irritée, sèche et plus fragile. La peau de la zone du paturon, plus près du sol et de l'humidité peut alors se fendiller, créant ainsi une crevasse qui s'infecte


Plus répandue chez les chevaux vivant toute l'année au pré, les crevasses n’épargnent pas pour autant ceux qui vivent au boxe.


Les crevasses peuvent également se développer en dehors de la saison froide et humide chez les chevaux douchés souvent ou à cause de l'équipement.


Comment identifier les crevasses au paturon ?

Crevasse du paturon du cheval
Crevasse du paturon chez le cheval

Dès que le temps est humide et froid il faut régulièrement inspecter les plis du paturon afin de détecter l'éventuelle présence de début de crevasse.

Observer et sentir du bout des doigts si la peau est souple et lisse ou si, au contraire raide et granuleuse.

Un léger engorgement peut également survenir.

Chez les chevaux près du sang et qui ont des balzanes, il est facile de détecter à l’œil nu l'apparition des crevasses : la peau rougit et on remarque une perte de poils.

Ces derniers sont souvent plus sensibles aux crevasses en raison de leur peau très fine.

Attention également aux chevaux ou poneys qui ont beaucoup de poils aux paturons : ces excès de poils ont tendance à enfermer l'humidité et la saleté et donc favorisent le développement des crevasses.

Chez les sujets poilus, il ne faut pas hésiter à bien fouiller toute la zone du paturon en écartant les poils avec les doigts pour trouver des traces de crevasses.

Quand les crevasses n'ont pas été repérées à temps, elles finissent par former des croûtes jaunâtres, s'infectent et provoquent de petits saignements.



Soin crevasse paturon cheval
Soigner les crevasses du cheval

Comment soigner les crevasses chez le cheval ?


Même si ces blessures ne semblent pas très graves, il faut cependant les soigner de façon rigoureuse car sans soin adapté, elles finissent par être douloureuses et peuvent provoquer des boiteries. Elles risquent également de provoquer une lymphangite (infection et engorgement) qui nécessitera l'intervention du vétérinaire.

Pour guérir une crevasse, il faut garder la peau propre, souple et hydratée.

Les soins à apporter se résument en 3 actions :

  • Nettoyer et désinfecter

  • Sécher

  • Graisser

Tout d'abord, pour faciliter la tâche chez les chevaux très poilus, vous pouvez couper aux ciseaux ou avec une petite tondeuse l'excès de poils au niveau du paturon pour dégager la plaie.

Attention de ne pas toucher les crevasses qui sont déjà à vif et donc douloureuses pour le cheval.

Attention également de ne pas couper les fanons qui servent de gouttières naturelles pour évacuer l'eau et évitent qu'elle ne stagne dans le paturon !

Nettoyez ensuite la zone avec un savon antiseptique. Cela va ramollir les croûtes et les aider à tomber (ne surtout pas les arracher). Le nettoyage va également désinfecter les plaies.

Il faut ensuite méticuleusement sécher la zone avec un linge propre et doux.

Tamponner plutôt que frictionner ; la peau est déjà irritée et sensible donc il ne faut pas en rajouter !

Si vous ne séchez pas correctement le paturon, alors la crème que vous allez appliquer ensuite ne servira à rien car elle séchera avec l'eau et ne rentrera pas dans la peau.

Enfin, appliquez une pommade grasse antiseptique et cicatrisante sur les crevasses en massant lentement jusqu'à pénétration totale. Vous pouvez ajouter une couche supplémentaire qui agira progressivement les heures suivantes et aura un effet protecteur.


Et ensuite ??


Une fois le protocole de soins commencé, il ne faut plus doucher le cheval sinon vous entretenez le mal.

Il faut répéter l'application de la pommade 2 fois par jour si possible et jusqu'à disparition totale des crevasses.

Si les crevasses concernent un cheval vivant au pré, il faut si possible le rentrer au sec ou bien le changer de pré pour le mettre sur un terrain plus sain.


En cas d'impossibilité, alors n'hésitez pas à recouvrir la zone atteinte d'une épaisse couche de vaseline que vous nettoierez chaque jour avec un absorbant avant de remettre de la pommade.

Attention : toute inattention ou manque de suivi peut relancer une crevasse qui deviendra alors chronique et longue à guérir.

Il faut donc vous armer de rigueur et de patience !


Quels produits utiliser pour soigner les crevasses ?

Vous trouverez chez votre vétérinaire ou en pharmacie plusieurs produits adaptés : le Dermaflon et le Sulmidol sont très efficaces, tout comme le Cetvalon, Cicatryl ou CicaSedermyl.

A défaut, si vous n'avez rien sous la main, vous pouvez utiliser de la vaseline mais cela n'aura pas d'effet antibactérien.

Certaines selleries proposent également des produits plus ou moins efficaces et parfois beaucoup plus chers qu'en pharmacie.



Comment prévenir les crevasses chez le cheval ?


Comme indiqué au début de cet article, les crevasses apparaissent par temps froid et humide.

Il faut donc prendre le temps de brosser et sécher les membres de votre cheval après chaque sortie.

Retirez le sable collé aux membres avec une brosse douce puis tamponnez avec un linge éponge propre.

Il faut éviter au maximum les douches des membres en hiver !

Et les limiter en règle générale : c'est certes plus facile et moins contraignant que le brossage/séchage mais beaucoup plus propice au développement des crevasses et autres problèmes cutanés.


En cas de tonte intégrale, évitez de tondre les membres à ras et surtout, ne touchez pas aux fanons : il faut garder une touffe de poils pour faire gouttière.


Crevasses paturon cheval
Attention au matériel !

Il faut également veiller à l'ajustement et à la propreté des cloches et des guêtres utilisées.

Mal placées, mal réglées, pleines de sable ou inadaptées à la morphologie de votre cheval, ces protections peuvent être à l’origine d'irritations et donc provoquer des crevasses.





crevasse cheval pré
Attention au bourbier !

Enfin, pour les chevaux vivant toute l'année au pré, il existe des solutions pour assainir les abords qui sont piétinés et qui se transforment en bourbier par temps humide.

Vous pouvez utiliser des dalles spécifiques en caoutchouc, sabler, déplacer régulièrement le râtelier à fourrage ou encore choisir une zone un peu surélevée pour éviter de faire stagner l'eau.




En conclusion, n'oubliez pas que des crevasses mal soignées peuvent être très douloureuses, avoir des conséquences ennuyeuses pour votre cheval et le rendre inapte au travail.

Alors ouvrez l’œil et pensez à toujours avoir un petit tube de pommade sous la main au cas où !

  • Sandrine

Souvent ignorées ou tout simplement oubliées, les règles de sécurité en équitation sont pourtant primordiales.

Tout simplement parce que nous avons affaire à des chevaux ou poneys, de plusieurs centaines de kilos et aux réactions souvent imprévisibles.

Et même lorsqu'il s'agit de notre propre monture, notre chouchou, notre plus fidèle compagnon à 4 pattes envers lequel nous avons toute la confiance du monde, nous ne sommes malheureusement jamais à l'abri d'un accident.

Il suffit de parcourir les médias sociaux pour régulièrement s'en rappeler : l'équitation est un sport dangereux et de nombreux pratiquants en font les frais chaque année avec des conséquences parfois dramatiques.


  • parce que les accidents n'arrivent jamais qu'aux autres

  • parce que les accidents n'arrivent pas toujours par hasard

  • parce qu'il ne faut jamais perdre de vue que le cheval est et restera un animal imprévisible


Pour toutes ces raisons, je souhaite revenir avec vous sur les règles sécurité essentielles à respecter dans nos activités équestres :

  • à pied (au boxe, à l'attache, en main)

  • en carrière ou au manège, en travail individuel ou en groupe

  • en extérieur, en groupe ou seul

Dans ce premier article , je vais revenir sur la sécurité à pied.

1.Les règles de sécurité au boxe :



Aborder correctement un cheval au boxe s'apprend dès le galop 1 : prévenir de son arrivée, ne pas surprendre le cheval, l'approcher au niveau de l'épaule en lui flattant l'encolure etc...


Considérant que ces bonnes pratiques sont acquises et parce qu'ils se sentent en confiance, beaucoup de cavaliers relâchent leur attention au boxe et oublient le reste des précautions à prendre.

Ne pas mettre un licol ou le filet lors du pansage avec un cheval qui bouge, mettre la selle avant le filet et se retrouver dépourvu de tout moyen pour retenir le cheval qui décide de sortir de son boxe la selle sur le dos mais non sanglé, laisser le cheval moitié dedans moitié dehors pendant la préparation, la porte grande ouverte puis au final le laisser vous pousser hors du boxe pour finir en liberté dans les écuries plein galop font partie des principales erreurs non pas du cavalier débutant, qui en général applique les consignes que lui a apprises son moniteur (ou pas mais là est un autre sujet malheureusement) mais plutôt du cavalier habitué et à l'aise qui reste persuadé que son cheval est le plus gentil et le plus cool de la terre et qu'il n'y a aucun risque.

Dans le même style d'erreurs, je cite : s'asseoir dans le boxe du cheval qui grignote sa paille, la tête à hauteur des postérieurs sans imaginer qu'une mouche ou tout autre chose pourrait brusquement venir perturber sa tranquillité, ou encore s'asseoir au sol devant sa porte de boxe grande ouverte sans s'imaginer non plus que l'envie pourrait lui prendre de se sauver en vous marchant dessus au passage...

Ce ne sont que des exemples parmi d'autres, relater toutes les erreurs commises par les cavaliers qui se mettent en danger, eux même et leur cheval, prendrait beaucoup trop de temps.

« Mais non mais non, il est adorable ! » est la réponse fétiche des cavaliers quand on leur fait la remarque de leur imprudence et pourtant, combien de chevaux blessés à cause d'une glissade dans les écuries après s'être sauvé du boxe en panique et combien de cavaliers renversés ou piétinés, blessés par un coup de pied à cause de ce type de comportement ? Beaucoup trop...


L'équitation est déjà naturellement un sport à risques, même quand on fait très attention et qu'on respecte les consignes de sécurité. Alors, pourquoi prendre des risques supplémentaires ?

Il me semble donc indispensable de rappeler quelques règles simples au boxe :

  • penser à mettre un licol lors du pansage surtout si le cheval ne reste pas en place

  • toujours mettre le filet avant la selle afin d'avoir un moyen de retenue

  • obliger le cheval à rester à l'intérieur du boxe, le bout du nez ne doit pas franchir le niveau de la porte

  • ne jamais s'asseoir au sol dans le boxe, ni devant la porte

  • ne pas se mettre à genoux lors du pansage (le cavalier doit pouvoir se dégager rapidement en cas de problème)

  • ouvrir en entier la porte afin d'éviter que le cheval se cogne les hanches en passant

  • sortir et rentrer dans le boxe avec son cheval tenu en main à hauteur de son épaule

  • manipuler le cheval au boxe avec une tenue adaptée (chaussures fermées)

La liste est non exhaustive bien entendu mais revient sur les principales erreurs constatées au cours de mes longues années d'expérience dans les clubs et écuries de propriétaires.

2.Les règles de sécurité à l'attache : (la suite dans mon prochain article).



Marine Ségura,12 ans, a remporté le week-end dernier son premier Grand Prix à Arnas avec son poney de tête Un Champion Delalande.


L'Abreuvoyage : « Bonjour Marine, peux tu nous présenter tes poneys et chevaux? »


Marine : « Je monte actuellement Alaska des Chesnaies qui a 10ans en As2/As1,

Extra et Etoile des Chesnaies qui ont 6 ans dans les épreuves jeunes poneys 6 ans avec lesquels je souhaite évoluer en As1.

Un Champion Delalande (12 ans) en As 1 et avec lequel je débute en As Elite et mon cheval Utopyk du Jabron, 12 ans également, en épreuve amateur 120 cm.


L'Abreuvoyage : « Quelle est ton écurie et avec qui travailles tu ? Comment organises tu ta semaine avec l'école ? »


Marine : « Je monte aux écuries Xhemal à Unieux vers saint Etienne, mon coach est Xavier Xhemal. Je vais à l’école normale, je monte 4h les mercredis, les week-end et pendant les vacances. Je monte tous les jours après le collège ; j’en monte minimum deux par jour, maman en longe deux et mon coach en monte un par jour. »


L'Abreuvoyage : « Comment as tu débuté ? »


Marine : « J’ai débuté car depuis toute petite le premier mot que je savais dire c’était « dada » avant même de savoir dire « papa ou maman ». J’ai commencé en cours donc une fois par semaine comme tout le monde, mais au premier cours je savais déjà trotter enlevé ! Ensuite mes parents m’ont acheté une ponette qui s’appelait Tequilla. J’ai commencé mes premiers concours avec elle en poney 2 mais elle s’arrêtait sur tous les soubassements, donc nous l’avons vendu et ensuite nous avons acheté Priam qui est actuellement à la location .Puis j’ai eu Alaska il y a 4 ans , Extra il y a 2 ans et Champion l’an passé. Etoile est arrivée en début d’année et Utopyk après le confinement.


L'Abreuvoyage : « Quels sont tes objectifs ? »


Marine : « J’aimerais commencer les Grand Prix avec Champion et Alaska, faire les futur élite 7 ans avec Extra et Etoile et faire les Children avec Utopyk. Enfin, plus tard, j’aimerais travailler dans le métier du cheval. »


L'Abreuvoyage : « Merci Marine et bravo ! »