top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurSandrine

Tondre son cheval en hiver, bonne ou mauvaise idée ?

Dernière mise à jour : 9 nov. 2023

Telle est la question !!


Avec l'arrivée des premiers froids de l'automne arrive également LA question du moment : faut-il tondre ou ne pas tondre son cheval en hiver ??

Pour beaucoup de cavaliers, la réponse est toute trouvée : oui, il faut tondre son cheval en hiver sinon il transpire au travail et risque ensuite de prendre froid.

C'est en partie vrai ! Mais si nous prenions le temps de réfléchir aux avantages et aux inconvénients de la tonte afin de prendre la bonne décision ?

Car la tonte, vous allez le voir, n'a pas que des avantages pour votre cheval, loin de là !

Il est donc judicieux de se poser la question de la réelle nécessité de tondre quand on souhaite le bien-être de son fidèle destrier.



tondre ou ne pas tondre son cheval
Tondre ou ne pas tondre son cheval en hiver, telle est la question.

La zone de neutralité thermique chez le cheval

Pour prendre la bonne décision concernant le bien-être et le confort de votre cheval et décider s'il est nécessaire de le tondre ou non, il est important de comprendre comment il s'adapte au froid.

Chez le cheval, la zone de neutralité thermique se situe entre +5° et +25°. Cela signifie que dans cette zone de température, le cheval ne doit fournir aucun effort pour maintenir sa température corporelle, il n'a ni trop chaud, ni trop froid. Au-dessus de 25°, son métabolisme va s'adapter pour éviter d'avoir trop chaud, via la sudation notamment. En dessous de 5°, son métabolisme va compenser le froid pour maintenir le corps à température. Donc, en dessous de 5°, un cheval non tondu n'a pas froid, il s'adapte !

La température critique minimale quant à elle, est la température minimale en dessous de laquelle un cheval ne peut plus maintenir seul sa température corporelle. Chez le cheval, cette température critique se situe à -15° ! Par contre, cette limite critique basse est à 5° quand le cheval est tondu.

Cela signifie qu'un cheval tondu ne peut plus se débrouiller seul pour maintenir sa température corporelle en dessous de 5°. Il doit donc obligatoirement être couvert et devient de ce fait totalement dépendant de l'intervention humaine pour être dans le confort thermique, c'est-à-dire n'avoir ni trop froid, ni trop chaud.


Comment le cheval s'adapte au froid

Les chevaux ont besoin d'une période de 10 à 20 jours pour s'adapter à une chute des températures de 15°. En fonction de la région dans laquelle vit le cheval, ces chutes brutales de températures sont peu fréquentes. Et depuis plusieurs années, l'automne s'installe de plus en plus tard. Les températures baissent progressivement et les grands froids de l'hiver deviennent rares. Les chevaux ont donc tout leur temps pour modifier leur métabolisme.

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le cheval n'a pas besoin d'accessoire pour avoir chaud, dès lors qu'il est au dessus de la température critique minimale, soit au-dessus de -15°.

La nature est très bien faite et le cheval a toutes les armes pour lutter seul contre le froid.

Un cheval adulte et en bonne santé produit suffisamment de poils pour maintenir sa température corporelle. Ses poils sont les meilleurs régulateurs thermiques qui existent.


Les différents types de poils

Le cheval présente deux types de poils :

  • les poils courts : ils sont doux et épais, et servent d’isolant contre le froid, en restant secs.

  • les poils longs : ce sont ceux qui se trouvent en surface et qui servent à évacuer l’humidité en faisant office de gouttière, permettant ainsi de garder la peau au sec.

Le cheval a aussi la possibilité de soulever plus ou moins ses poils, c'est ce que l'on nomme la "fonction érectile". En soulevant ses poils, le cheval peut laisser passer plus ou moins l'air et ainsi se créer à volonté une couche isolante qui varie toute seule en fonction de la température. Le cheval peut donc réguler seul sa température corporelle, sans être dépendant de l'homme.

La tonte, qui a pour objectif de débarrasser le cheval de ses poils, a pour effet direct de priver le cheval de sa protection isolante naturelle. Sans ses poils, le cheval a froid : il faut donc le couvrir en permanence et ce, pendant plusieurs mois.


Autres mécanismes naturels pour se réchauffer

Le cheval utilise deux autres mécanismes naturels pour maintenir sa température corporelle.

  • le frisson : en frissonnant, en contractant ses muscles, le corps consomme des glucides et des lipides et cette réaction génère de la chaleur.

  • la vaso-constriction : les petits vaisseaux sanguins périphériques se contractent et favorisent l’afflux de sang vers les organes profonds et évitent les déperditions de chaleur au niveau des extrémités.

Souvent, les propriétaires qui voient leur cheval frissonner s'inquiètent, alors que ce phénomène est totalement naturel et permet tout simplement au cheval de produire de la chaleur et de se réchauffer.

 tondre son cheval en hiver
Les chevaux sont équipés d'un système de pointe pour s'adapter au froid : leur poils !

Tondre son cheval en hiver : inconvénients et avantages

Le choix de présenter d'abord les inconvénients de la tonte plutôt que les avantages n'est pas innocent. L'idée est d'avoir en tête que tondre son cheval et lui imposer une couverture pendant plusieurs mois, 24 heures sur 24 n'est pas sans effet concernant son confort et son bien-être.

Il est donc important de connaître ces inconvénients avant de sortir tondeuse et couvertures en tous genres.


Les inconvénients de la tonte

Le premier argument contre le fait de tondre son cheval en hiver a été évoqué en début d'article. La nature est très bien faite et un cheval tondu n'est plus armé pour se réchauffer seul ; un cheval tondu a froid. Il devient dépendant de l'homme qui sera chargé de le couvrir et de le découvrir en fonction des températures qui varient sans cesse, d'un jour à l'autre et aussi au cours d'une même journée. Ne soyons pas dupes, aucun propriétaire, aucun soigneur ne passe sa journée thermomètre à la main pour changer 2 à 3 fois la couverture d'un cheval et l'adapter en temps réel à la température du moment. Donc, un cheval couvert a parfois trop chaud ou froid. Il n'est pas toujours dans le confort thermique.

En dehors du confort thermique, primordial à assurer quand on prétend respecter son cheval, qu'en est-il du confort tout court de porter une couverture plus ou moins bien taillée, plus ou moins confortable, plus ou moins adaptée et ce, en continu, pendant près de 6 mois ?? Il est en effet intéressant de se poser la question. Même si les couvertures d'aujourd'hui sont de mieux en mieux découpées, il n'empêche qu'elles limitent dans tous les cas les mouvements du cheval, qu'elles sont parfois lourdes, qu'elles provoquent des frottements voire des brûlures, compriment le garrot, les épaules et qu'elles peuvent même causer des blessures.

Quand on sait que le cheval pourrait tout à fait se réchauffer seul si on ne lui avait pas retiré sa protection naturelle, cela laisse à réfléchir.

Par ailleurs, il faut aussi savoir qu'un cheval ne peut pas réguler indépendamment une seule partie de son corps. Pour réchauffer ses membres, son encolure ou son ventre, parties du corps souvent non couvertes, le cheval active toute sa "chaudière" et réchauffe donc tout son corps, même les parties qui sont sous la couverture. Il a donc donc souvent trop chaud là où il est couvert.

De plus, la couverture empêche les quelques poils qui restent de jouer leur rôle d'isolant : écrasés par le poids, les poils sont privés de leur fonction érectile. C'est à dire qu'ils ne peuvent plus se dresser en fonction de la température ambiante du moment, donc le cheval ne peut plus réguler correctement sa température corporelle ni s'adapter seul aux variations. Il est donc encore une fois dépendant de l'homme qui doit pouvoir au cours d'une même journée, changer sa couverture en fonction de la température.

Enfin, le grammage des couvertures n'est souvent pas adapté à la température. Les propriétaires, pensant bien faire et parce qu'ils ont froid eux-mêmes ont tendance a beaucoup trop couvrir leur cheval. Résultat : le cheval a bien souvent trop chaud. Une fois de plus, le cheval n'est pas dans le confort. Nous verrons en fin d'article quelle couverture choisir en fonction de la température.


Les inconvénients de la tonte et de son corolaire, la couverture, sont donc nombreux et il est difficile de ne pas en tenir compte quand on souhaite le bien-être de son cheval. Mais alors, quels sont les avantages ?


tondre ou ne pas tondre son cheval
Est-ce vraiment confortable pour le cheval de porter une couverture en permanence ?

Les avantages de la tonte

L'avantage principal de la tonte est d'éliminer les poils longs et épais qui permettent au cheval d'avoir chaud mais qui le font transpirer au travail. Avec l'exercice, le cheval mouille et peut avoir du mal à sécher une fois de retour au boxe. Le risque est donc de prendre froid. La solution est de le frictionner avec une serviette ou de la paille, puis de lui mettre une couverture séchante le temps d'absorber la transpiration mais cela demande du temps. L'autre solution est de placer le cheval sous un solarium pour l'aider à sécher mais toutes les écuries n'en sont pas équipées.

Donc, en effet, pour les chevaux qui travaillent de façon intense et qui produisent beaucoup de poils, il est utile de tondre, surtout à l'automne et au printemps, quand les températures sont assez douces en journée et que le cheval a facilement chaud sous la selle. Par contre, en plein hiver, quand les températures sont en dessous de 5°, il n'est peut être pas nécessaire de refaire une tonte rase. Un léger duvet sera confortable pour le cheval et ne l'empêchera pas de travailler.


Ne pas tondre son cheval en hiver : avantages et inconvénients

Ne pas tondre son cheval en hiver présente également son lots d'avantages et d'inconvénients.


Les avantages de ne pas tondre son cheval

L'avantage majeur de ne pas tondre son cheval est de lui laisser sa protection naturelle et donc de lui permettre de gérer seul sa thermorégulation.

Un cheval, adulte et en bonne santé, non tondu, peut résister jusqu'à une température de -15° sans aide extérieure. Il peut donc affronter le froid sans être dépendant de l'homme, de sa réactivité face aux variations de températures et de son bon vouloir.

Un cheval non tondu n'a pas à supporter les divers désagréments liés au fait de devoir porter une couverture en permanence pendant plusieurs mois.


Et les inconvénients

Pour le cheval, il n'y a pas d'inconvénients à ne pas être tondu ! Les inconvénients sont pour le cavalier qui doit veiller à ce que son cheval ne transpire pas trop sous la selle et ensuite prendre le temps de le faire sécher afin qu'il ne prenne pas froid. L'autre inconvénient, toujours pour le cavalier, est qu'il doit passer également plus de temps au pansage pour décoller les poils sous le harnachement. Enfin, le dernier inconvénient, est que le cheval non tondu est un peu moins présentable en concours...Mais, au final, en est-ce vraiment un pour le cheval lui-même ou pour son cavalier ? La réponse est vite trouvée !


Si vous n'avez pas le choix que de passer par la tonte, voici quelques conseils concernant le choix de la couverture, pour limiter l'inconfort du cheval.



tondre son cheval en hiver
Si vous n'avez pas d'autre choix que de tondre votre cheval, veillez à bien choisir sa couverture.


Choisir la bonne couverture

Il semblerait que les couvertures choisies par les propriétaires soient souvent trop grandes et trop chaudes ! Avoir trop chaud est pire qu’avoir froid pour un cheval. Il faut toujours veiller à ce que le cheval n'ait pas trop chaud sous la couverture. Retenez qu’il ne faut jamais trop le couvrir.

Si vous devez absolument tondre votre cheval et lui mettre une couverture, vous pouvez mettre une chemise nid d’abeilles à grosses mailles sous la grosse couverture afin que les poils puissent jouer leur rôle et réchauffer le cheval grâce à leur fonction érectile. Il faudra cependant veiller à ce que cette chemise soit elle aussi à la bonne taille et bien découpée.


Voici un petit aide-mémoire pour vous aider à choisir la bonne couverture.


Concernant la taille et la découpe :

  • la couverture doit envelopper la base de l’encolure et couvrir le garrot.

  • on doit pouvoir glisser la main du garrot jusqu’aux épaules.

  • il faut pouvoir passer un travers de main entre le ventre et les sangles sous ventrales.

  • la courroie de queue doit être ajustée et pas trop serrée.

  • le début du rabat de queue doit être au même niveau que le haut de la queue.

  • le bas de la couverture doit être sur une ligne horizontale.

Concernant le grammage :

Voici un tableau indicatif pour un cheval adulte et en bonne santé vivant en boxe. Il est parfois nécessaire de couvrir un cheval non tondu, même dans sa zone de confort thermique, en raison de son incapacité à se déplacer suffisamment dans son boxe pour se réchauffer.

Température

Cheval tondu

Cheval non tondu

10° à 5°

50 à 100g

Rien

5° à 0°

200g

50g ou rien

0° à -5°

300g

50g à 100g

-5° à -10°

400g

200g


Les avantages de la tonte sont donc toujours au bénéfice du cavalier, jamais pour le réel confort du cheval !

Vous avez désormais tous les éléments pour savoir s'il est vraiment judicieux ou non de tondre votre cheval. En fonction de son état physique, de son âge, de son métabolisme et de son travail, il est tout à fait possible d'envisager renoncer à la tonte.

Il suffit simplement d'adapter le travail et d'accepter de passer plus de temps avec son cheval une fois de retour au boxe pour l'aider à sécher. Une grande majorité de chevaux de sport sont plutôt près du sang et ne produisent pas un poil d'hiver suffisamment important pour justifier la tonte. Un grand nombre de poneys et chevaux de club passent tout l'hiver non tondus sans présenter la moindre maladie ! Comme quoi, ne pas tondre n'est pas insurmontable pour le cavalier et certainement très confortable pour le cheval.














403 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page